MÉNON

de Platon

L’Excellence 

« Comment devenir quelqu’un d’excellent ? Est-ce que l’excellence s’apprend ? Et si oui, qui peut se charger de cette tâche si délicate ?

 

A travers les questions de Ménon, Platon / Socrate interrogent le savoir, l’apprentissage, la transmission, et tentent de répondre à une jeunesse qui, malgré ses maladresses, a soif de savoirs et de repères pour se lancer dans la vie adulte.


Le Ménon est un exercice philosophique méthodique, exigeant, où la pensée découvre, sous l’incitation, ses erreurs, ses ressources, son besoin, son bonheur, échappant à tout dogmatisme et à tout scepticisme.


Rarement l’art du philosophe n’a autant brillé en si peu de mots. 
»

« Nous tenons à sincèrement vous remercier pour une production finement menée, qu’il s’agisse de la qualité des décors (qui s’enrichissent d’année en année), de la tenue des dialogues, du jeu des comédiens et des postures de voix ou de jeu de votre jeune esclave qui a particulièrement retenu l’attention de mes élèves. Peut être pour sa spontanéité, peut être également pour le message qu’il invite à rencontrer en chacun, celui de de l’émergence d’une épiphanie, même dans les terres les plus arides, ou les moins cultivées.  »                   Professeur de Philosophie

« J’avais vu Gérard Mascot lorsqu’il interprétait l’arrogance et la violence de Calliclès. Il est à présent Socrate qui impose la recherche de la vérité. Son jeu montre l’exigence et le plaisir de chercher en dialoguant. Les quatre acteurs étaient remarquablement dans le ton de leur personnage : aisance de Menon, plaisir de comprendre du petit esclave aux yeux rieurs, rage d’Anytos qui prend Socrate pour un sophiste.
Bravo aussi pour la beauté de la mise en scène qui laisse un espace de jeu entre les acteurs, y compris lorsqu’ils ne sont pas directement dans le dialogue, et un temps de silence pour la perplexité de Menon avant qu’il ne réagisse avec la « torpille »
Les décors étaient parfaits surtout les fameuses malles «carrées» qui jouent à merveille leur rôle au moment si extraordinaire où nous reconnaissons la vérité comme vérité. »                    Agathe R. Professeur de Philosophie

Une mise en scène de Gérard Mascot, de l’oeuvre de Platon, adaptée par Marie-Ange Mathieu. Avec Gérard Mascot dans le rôle de Socrate et Ruben Chehadi dans le rôle de Meletos – Durée 1h10.

Photos de L’Apologie de Socrate à but illustratif temporaire

Nos Spectacles